Bilan des rencontres de consultation des acteurs éducatifs de terrain
   

18 réunions de consultation des acteurs éducatifs de terrain  sur les 7 zones d'influence des collèges de Roubaix (Réseaux d'Education Prioritaire) ont eu lieu du 4 mai au 19 juin 2000, soit 2 ou 3 rencontres par secteurs.

20 personnes, en moyenne, ont participé à chacune de ces rencontres :

  • instituteurs, directeurs d'écoles (public - privé), principaux de collège, coordinateur REP, représentants divers de l'éducation nationale ;
  • parents d'élèves (collège, écoles - public, privé) ;
  • assistantes sociales, acteurs sociaux ;
  • représentants d'associations de quartier et des centres sociaux roubaisiens ;
  • représentants de la ville de Roubaix.

Certains ateliers semblent avoir été plus riches que d'autres (selon l'horaire et la date, selon les participants...).

Certaines réunions ont été tendues (dialogues difficiles entre les acteurs, désaccords sur la méthode...) mais elles ont démontré les difficultés que l'on peut rencontrer sur certains secteurs en terme de partenariat. Elles apportent donc un élément de diagnostic intéressant.

Globalement, ces rencontres ont été enrichissantes et très diversifiées. Les thèmes principaux qui ont été le plus développés sont (par ordre décroissant) :

  • La mobilisation et l'implication des parents d'élèves. L'ensemble des acteurs éducatifs souhaite que les parents et les familles s'impliquent plus dans les activités de leurs enfants, notamment en termes de suivi. Il semble qu'une grande partie d'entre eux a peur des institutions. Comment travailler en partenariat avec eux, et en particulier ceux qui présentent le plus de réticences.
  • Le partenariat établissements scolaires - structures de quartier. Un manque de communication, de connaissance et de reconnaissance existe entre les écoles d'une part et les centres sociaux et les associations de quartier d'autre part. De nombreuses expériences montrent l'intérêt d'une coopération entre ces potentiels partenaires. Une volonté de mieux travailler ensemble a été fortement exprimée pour une meilleure cohérence des activités et des temps de l'enfant.
  • L'accompagnement scolaire et les dispositifs périscolaires. Ce thème semble être le point essentiel de mise en place d'actions dans le cadre du Contrat Educatif Local. En effet, c'est sur ces activités que le partenariat école - structures de quartier est nécessaire et sera le plus profitable pour les enfants.
  • La nécessité d'un temps de rencontre (commission éducative). Les acteurs aimeraient se rencontrer plus régulièrement afin de mieux se connaître et de traiter des problèmes ensemble. Les rencontres qui se sont déroulées sur les mois de mai et juin devraient donc se poursuivre en ciblant des thématiques plus précises.
  • Le manque de temps des enseignants. C'est un problème récurrent qui empêche les enseignants de s'informer et de rencontrer les partenaires du quartier.
  • Les difficultés scolaires et sociales chez les enfants et les jeunes. Le but est de lutter contre l'échec scolaire mais également de favoriser le développement personnel des enfants et des jeunes. C'est l'un des grands enjeux de l'école et de l'ensemble des acteurs de la communauté éducatifs sur la ville.
  • La place des écoles privées dans le projet éducatif roubaisien.
  • Les activités sportives sur le temps extrascolaire.
  • Les Aménagements des Rythmes de Vie des Enfants et des Jeunes (ARVEJ).
  • Les dispositifs effectuant la liaison écoles familles (les Lieux Ressources Santé et les classes passerelles).
  • Les problèmes de transports des établissements scolaires lors des sorties et de leur financement.
  • La communication et les relations enseignants - travailleurs sociaux.
  • La liaison entre les différents cycles (maternelle - élémentaire - 6ème).
  • La qualification des intervenants dans les écoles et les centres de loisirs.
  • ...

Ces thèmes, qui ont été dégagés par les acteurs éducatifs roubaisiens, seront certainement repris comme base des grandes orientations politiques du projet éducatif local de la ville.

Quelques remarques d'ordre général :

  • Les parents d'élèves ont été peu nombreux lors de ces rencontres (2 à 3 représentants par réunions) alors que le thème principal les concernait directement, ce qui peut paraître problématique.
  • Les structures associatives se sont fortement mobilisées (Centres sociaux, clubs de prévention, CAS, AFEV, ASVJ, LCR, ASNR, Comité de Quartier, Rencontres Francophones...), cependant elles ont parfois eu du mal à prendre la parole.
  • Les écoles privées étaient invitées aux présentes réunions mais ont peu participé. Leur participation a pourtant été très enrichissante sur certains secteurs.
  • De nombreuses demandes de moyens humains et financiers ont émané du terrain, et notamment de la part des enseignants. La question de "l'interpellation des institutions" par le CEL a d'ailleurs été abordée.